ETATS GENERAUX « OGM, Biodiversité et Résistances»

Publié le par Alain HEBRARD

 Toulouse, 18-19 avril 2009

 

Pour produire et consommer sans OGM, Stoppons les OGM

Semons la Biodiversité et les Résistances

 
Le moratoire actuel sur les cultures d’OGM dans de nombreux pays européens a été obtenu grâce aux luttes menées depuis 10 ans (dès 1998, les semenciers étaient prêts à semer 30.000 ha de maïs GM en France ), mais aussi grâce au niveau d’expertise élevé des collectifs et des organisations et surtout à la mise au grand jour des pratiques des firmes et des politiques : ces gens n’aiment pas la lumière ! La nouvelle offensive de la Commission Barroso nous montre cependant la fragilité de nos victoires.


Nous ne devons pas relâcher notre vigilance, au contraire :

Le recul des cultures OGM dans l'hexagone peut être remis en cause à tout moment : tout récemment la Commission Européenne a proposé de refuser les moratoires nationaux et d’autoriser la culture des maïs Bt11 et 1507 de Syngenta et Pioneer.

Les OGM importés par dizaines de millions de tonnes pour l’alimentation animale continuent à envahir le marché et nos assiettes et la Commission vient d'autoriser l'importation d'un nouveau soja GM de Monsanto

Les OGM officiels ne sont que l’un des aspects les plus visibles d’une plus vaste offensive pour privatiser le vivant s’appuyant tout à la fois sur une propagande mensongère (faim dans le monde, alicaments miraculeux, « bio » carburants…) un lobbying redoutablement efficace, un arsenal juridique (national, européen, supranational)  et technologique de plus en plus performants.

 

 Pour arrêter les OGM et la privatisation du vivant, notre tâche dans les mois à venir est donc :

De rendre visibles des  alternatives crédibles comme les semences paysannes, l'agriculture paysanne, l'agroécologie, la culture biologique, la restauration sans OGM…

De continuer à nous approprier les connaissances indispensables et à élaborer collectivement les argumentaires  et les outils pour engager les actions à venir ;

D’alerter et d’informer les citoyens, paysans, décideurs politiques sur ces enjeux.

 

C’est l’objet de cette proposition d’ETATS GENERAUX auxquels nous vous invitons à participer.

Compte tenu de la proximité des élections européennes, les dates des 18-19 avril ont d’ores et déjà été retenues, ainsi que la ville de Toulouse pour cet événement à vocation nationale.

Exemple de format possible : vendredi 17, réunion publique le soir ; début des EG proprement dits :

samedi 18, ateliers, concert le soir ; tables rondes

plénière de clôture dimanche 18 (matin ou 16 h)…

 

La forme, le contenu et les autres modalités restent à déterminer en fonction de toutes les propositions que vous voudrez bien formuler.

Voici déjà quelques suggestions du comité de pilotage provisoire :

Arrêter les OGM visibles pour les cultures et les importations : évaluations, autorisations, moratoires, coexistence,  impact sur les paysans du Nord et du Sud, retour à une autonomie en protéïnes sans ogm de l'Europe" ;

Que sont les OGM « cachés », exclus du champ d'application de la directive européenne : (mutagénèse et fusion cellulaire). Comment rendre étiquetage et évaluation obligatoires ?

Les OGM nouveaux et les outils modernes d’évaluation et d’identification : sélection assistée par marqueurs, séquençage du génome, « OGM climatiques », biologie synthétique, nanotechnologies…

Les outils juridiques  au service de la privatisation du vivant : brevet à l’anglo-saxonne, COV (certificat d’obtention végétale), Catalogues, codex alimentarius…

Droits collectifs des paysans et des communautés à opposer aux normes industrielles et aux « DPI » (droits de propriété intellectuelle) ;

Des ateliers pratiques devant déboucher sur des  modes d'action concrets : lutte contre les importations, étiquetage produits animaux, autonomie en protéines, restauration hors domicile et cantines sans OGM, pousser les élus à prendre des arrêtés « pas d’OGM sur ma commune », liens avec la marche en étoile vers Bruxelles cet été.

Une action auprès des élus le samedi ou le dimanche avec distribution de sachets de semences paysannes qualifiées de « recel de contrefaçon » !

 

Nous aborderons avec vous les aspects pratiques d’organisation dès votre adhésion de principe à cette initiative. Une réunion physique sera alors proposée vers la fin février à partir de laquelle un appel officiel sera lancé.

 

 

"LA SIGNATURE DE L'APPEL PAR VOTRE ORGANISATION OU PAR VOUS MEMES, votre réponse et vos propositions sont à envoyer à

semonslabiodiversite@semonslabiodiversite.org

 

Contact : Michel DUPONT : 01 43 62 18 73"


Et, bien sûr, nous espérons une réponse favorable et rapide de votre part.

 

 

Vous pouvez consulter  le site www.semonslabiodiversite.org

 

(A ce stade de préparation, les EG n’y sont pas encore mentionnés).

Cet appel est lancé par le collectif de personnes et d’associations qui a poursuivi le travail entamé lors des journées « Semons la Biodiversité » des 28 et 29 octobre dernier à Paris, ainsi que par les partenaires de la campagne « Stop-OGM 2007-2008 ».

Publié dans Actions ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article