ETAT GENERAUX «OGM, BIODIVERSITÉ, ALTERNATIVES et RÉSISTANCES»

Publié le par Hélène Gassie

ÉTATS GÉNÉRAUX

TOULOUSE

18 - 19 avril 2009



OGM & BIODIVERSITE

RÉSISTANCES & ALTERNATIVES

Produire et consommer sans OGM
Semer la biodiversité et les résistances

Premiers signataires :
ATTAC - collectif 66 sans OGM - Amis de la Terre - Semeurs de Biodiversité 34
Confédération Paysanne -
Edmonds Institute (USA) - Ecob=C3=A2tir - Action Consommation
Collectif antiogm09 -
Réseaux Citoyens de Saint-Etienne - Transp'ART en CE
Zerogm42 =E2=80=93
FNAB - Nature et Progrès - Amis de la Conf'- collectif 34 sans OGM
Centre Info Environnement -
Adéquations - Collectif Vosges Terre sans OGM
Collectif antiOGM31 -
Faucheurs Volontaires - Greenpeace - collectif 28 sans OGM
Confédération Paysanne 31 - Confédération Paysanne 83 - Confédération Paysanne 81
Vigilance OGM81 - Réseau Semences Paysannes - Vigilance OGM33 - Université nomade
Toutes les infos sur : http://www.ogm31.org
Contacts : Michel Dupont: 01 43 62 18 73 - Jacques Dandelot : 06 30 50 56 63


Cultures et importations d'OGM =E2=80=93 OGM cachés - nouveaux OGM - Privatisation du vivant =E2=80=93 Fichage génétique - Semences paysannes =E2=80=93 Maisons de la semence - Droits des paysans =E2=80=93 Cantines sans OGM - Souveraineté alimentaire...


Tels sont les principaux thèmes qui seront abordés lors de ces Etats Généraux. Ils se tiendront à Tournefeuille (périphérie toulousaine) les 18 et 19 avril.

Cet événement a vocation nationale a été lancé le 30 janvier par le collectif de personnes et d'associations qui a poursuivi le travail entamé lors des journées « Semons la Biodiversité » des 28 et 29 octobre dernier à Paris, ainsi que par les partenaires de la campagne "Stop-OGM 2007-2008".
Il est organisé localement par le collectif anti-OGM31. Il comportera des plénières, des ateliers et une table ronde avec des personnalités politiques.



Les Etats Généraux : pour qui ?


Ces Etats Généraux devraient rassembler plusieurs centaines de militant-e-s avec pour objectifs l'appropriation des connaissances indispensables et l'élaboration collective des argumentaires et outils pour engager les actions à venir.
Mais il a aussi pour objectif d'alerter et d'informer les citoyen-ne-s, paysan-ne-s et décideurs politiques sur ces enjeux. Ainsi les plénières et la table ronde seront largement ouvertes. Les ateliers seront davantage destinés aux militant-e-s mais resteront ouverts à toute personne souhaitant s'informer ou s'engager dans ce mouvement.


Inscription individuelle
directement en ligne sur
http://www.ogm31.org ou avec le bulletin joint en attaché

Organisations
Si votre organisation souhaite apporter son soutien et collaborer à ce projet, vous pouvez vous joindre aux premiers [signataires->article1048].
Votre réponse est à envoyer à : semonslabiodiversite@semonslabiodiversite.org


Les Etats Généraux : pourquoi ?


Si on a ajourné les cultures d'OGM dans de nombreux pays (moratoires) , c'est gr=C3=A2ce aux luttes menées depuis 10 ans (dès 1998, les semenciers étaient prêts à semer 30.000 ha de ma=C3=AFs GM en France) et au niveau d'expertise élevé des collectifs et des organisations. Les actions de mise au grand jour des pratiques des firmes et des politiques ont été efficaces. Le seul fait de les rendre publics a obligé le gouvernement français à activer la clause de sauvegarde sur les OGM, décrédibilisé l'AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) et l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), gêné le « comité Barroso » dans ses manœuvres et poussé la majorité des ministres européens à reconna=C3=AEtre le droit de la Hongrie et de l'A= utriche à décider, pour elles-mêmes, d'un moratoire sur les cultures GM.

Avec qui ?

A l'appel des associat= ions nationales des collectifs « Stop-OGM » et « Semons la biodiversité », paysans, scientifiques et ONG se réunissent les 18 et 19 Avril à Toulouse (Tournefeuille. 31).  Car notre vigilance doit rester en éveil. En effet :

  • le recul des cultures OGM dans l'Hexagone peut être remis en cause à tout moment: la Commission Européenne vient de proposer de refuser les moratoires nationaux et d'autoriser la culture des ma=C3=AFs Bt11 et 1507 de Syngenta et Pioneer.
  • des OGM, sont importés pour l'alimentation animale par dizaines de millions de tonnes, envahissant le marché et nos assiettes. La Commission vient d'autoriser l'importation d'un nouveau soja GM de Monsanto.
  • Les OGM actuels ne sont qu'un des aspects de la course à la privatisation  du  vivant . Les plantes mutées résistantes aux herbicides arrivent sur le marché et les nouveaux OGM compatibles avec le renforcement des évaluations environnementales sortent des laboratoires. Cette offensive qui s'appuie, à la fois, sur une propagande mensongère (faim dans le monde, alicaments miraculeux, « bio » carburants), un lobbying redoutablement efficace, et un arsenal juridique très performant. Associée aux pratiques culturales et d'élevage de l'agro-industrie, cette privatisation mène à la régres= sion de la biodiversité agricole et sauvage.

Comment agir pour stopper les OGM et la privatisation du vivant ?


Il faut  rendre visible les alternatives crédibles : semences et agricultures paysannes,  agroécologie,  culture biologique, autonomie en protéine, restauration collective sans OGM et en montrer les enjeux sur la biodiversité agricole et sauvage.
Continuer à nous approprier les connaissances indispensables, élaborer collectivement les argumentaires et forger des outils pour les actions à venir.
Alerter et informer les citoyens, paysans et décideurs politiques sur la portée des enjeux.

Au programme :


Du vendredi au dimanche, ateliers, tables rondes, soirées publiques ouvertes à tous. Pour échanger des informations, débattre sur les OGM visibles et les mutations artificielles dispensées d'étiquetage, les droits des paysans, la restauration sans OGM, la lutte contre les importations, la défense des semences reproductibles qualifiées de recel de contrefaçon. Venez nombreux !  Voir le programme complet sur
http://www.ogm31.org

Publié dans Actions ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article