Vidéo : Débat sur les Enjeux agricoles

Publié le par Paule Lanta

Mercredi 11 Juin notre fédération organisait un débat public avec *André Chassaigne* et *Christian Pees* sur le thème :

"Enjeux agricoles : crise alimentaire mondiale, OGM, rémunération du travail paysan... Quelles agricultures pour demain ?"

Conformément à notre engagement nous vous proposons de voir
l'intégralité du débat qui fut enrichi par de nombreuses interventions.
Vous pourrez ainsi vous faire votre propre opinion sur la valeur du
débat dont la presse n'a pas fait écho. Il est vrai que faire salle
comble (200 personnes !) sous un gros orage c'est banal.

*cliquez ici -> Voir le débat <- cliquez ici *

Réaction a chaud :
L'organisation des prises de paroles a permis à la fois à des citoyens et aux portes-parole d'organisations de faire savoir leurs questionnements et leurs positions en contre point avec les paroles de l'estrade. La qualité de l'écoute, la spontanéité de certaines réactions non verbale de la salle (applaudissements et hués) et la poursuite des
échanges à la fin me semblent avoir témoigné du bien-fondé d'une telle soirée.*

Qu'ai-je retenu des prises de paroles:
La cohérence de l'orientation d'André Chassaigne :
-*1*)Sortir l'agriculture des négociations de l' OMC.
-2) Relocaliser les productions nécessaires à l'alimentation des populations en France, en Europe et ailleurs.
-3) Aider à la production des cultures vivrières dans les pays qui souffrent -et depuis longtemps- à la fois du dumping de nos surplus et de l'incitation à produire en priorité des cultures d'exportation pour les « pays dits riches ».
-4) défendre ici et dès maintenant les filières d'une agriculture spécifique à des terroirs et à des savoirs-faire patrimoine culturel et agriculturel…
-5) Défendre la recherche publique pour assurer l'indépendance de la recherche à l'égard des intérêts financiers et mettre fin à la non-évaluation des avantages et des dangers des découvertes scientifiques

Si André Chassaigne m'a semblé convaincu de la nécessité de ne plus confondre découverte scientifique et progrès, son point de vue sur l'acceptation de principe d'essais en plein champs pour observations/évaluation scientifiques et publiques des conséquences, ne m'a pas convaincue... J'ai mieux apprécié sa proposition d'un étiquetage qui mentionnerait en kilomètres la distance séparant le point de production et le point de consommation.

Messieurs Pees et Lacadée ont été fidèles à leurs déclarations dans les journaux locaux Mais M Lacadée n'a pas osé dire ce qu'il avait écrit dans la République, /que le Mon810 c'était presque de l'agriculture biologique, /et Monsieur Pees après une comparaison « fumeuse » (/les PGM c'est aujourd'hui, le tracteur qui affolait mon papa! Mais que ferait-on sans tracteur aujourd'hui?/) a botté en touche chaque fois qu'une intervention bien documentée le mettait en difficulté:Sur les prix des produits de qualité (bio ou pas) (CIVAM) sur les alternatives culturales pour lutter contre la pyrale ou les micro-toxines (Confédération Paysanne), sur les pressions que son entreprise exerce
sur les « coopérateurs » (Modef), sur la nécessité de s'organiser (AMAP, Marché Biologique) parce qu'il s'agit d'en finir avec un système qui se nourrit de la surproduction aux famines en passant par les désastres écologiques (Gédéol) Slow-Food...
Ces interventions ont non-seulement informé le public sur les positions des organisations représentées, mais indiqué des pistes pour isoler les orientations de l'Agro-businness, et organiser localement des soutiens aux résistances déjà manifestes et celles à venir. Et cela m'a bien plu.

Ceci dit, agriculteurs, consomm'acteur, autorités publiques, organisations politiques ou associatives, citoyens… Retrousser nos manches singulières et communes ne sera pas de trop!

P. Lanta-Ménahem."

Publié dans Actions ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article